C’EST LA FAUTE A L’EUROPE !

Posté par 2ccr le 18 février 2014

a-fauteLes opposants  à L’Europe nous disent une chose très juste : « L’UE c’est la machine de guerre des patrons européens. C’est l’arme d’exploitation massive du capitalisme européen. » . Je suis entièrement d’accord, mais je constate également que parmi ces patrons et ces capitalistes européens, il y a nos braves patrons et capitalistes français !

Alors oui c’est bien l’UE qui organise le dumping social et la mise en concurrence des salariés français avec l’ensemble des travailleurs d’Europe. Oui, c’est bien l’UE qui nous pond des directives « travailleurs détachés ». Oui c’est bien l’UE qui exige qu’il y ait des réformes structurelles permettant de baisser le coût du travail, c’est à dire les salaires. Oui c’est bien l’UE qui fait pression sur des Etats pour casser le droit du travail. Oui, de nombreuses  lois « votées » au parlement ne sont que le résultat de la transposition de directives européenne, qui, elles, sont décidées et établies à Bruxelles par la commission et les lobbys patronaux. Oui, il faut le dire clairement, l’UE est une dictature capitaliste qui respecte de moins en moins ce que l’on appelle démocratie, et donne des droits démesurés au patronat.

Mais  l’Europe n’envoie pas des agents pour mettre un fusil sur la tête de nos braves patrons et capitalistes français pour les obliger à mal payer leurs salariés, à délocaliser des entreprises rentables afin de faire plus de profits, à avoir recours à des contrats précaires et à des méthodes de management destructrices pour leurs employés. Non, nos braves patrons et capitalistes français le font d’eux mêmes,  parce que cela correspond à leurs intérêts et à leur idéologie ! Et ce n’est pas non plus l’Europe  qui oblige les électeurs à voter pour tous les cumulards qui se présentent à nos élections nationales, et qui nous pondent des lois scélérates pendant qu’eux mêmes vivent au frais de la princesse ? Non, les électeurs le font naturellement !

Et en attendant, on continue à licencier dans l’indifférence générale. Alors, les anti-européanistes attendent-ils patiemment que tout soit détruit et bradé pour agir ? Et à ce moment là ils diront « de toute façon, y’a plus rien à faire! ».  Moi je reste persuadé que le changement et les avancées sociales ont toutes été conquises lorsque le monde ouvrier a montré les dents et a imposé un rapport de force dans la rue. On vit dans une époque où l’on a peur, peur de tout et surtout peur de se bouger. Alors on cherche des excuses : je ne manifeste pas parce que je ne veux pas être récupéré par les syndicats, je ne fais pas grève parce que ça ne sert à rien, car tout est contrôlé par les banquiers, les francs maçons, les sionistes…, j’en passe et des meilleurs.

Oui, on veut nous faire croire que les mobilisations ne servent à rien et que des forces occultes tirent les ficelles, ou que tout est inutile tant qu’il y aura les bureaucrates de Bruxelles. « On ne nous dit pas tout » parait-il ? Mais si, on ne vous cache rien, on vous annonce que les milliards de cadeaux faits au Medef seront compensés par une hausse des différentes taxes et une baisse de vos prestations ; ce n’est ni l’Europe, ni les francs maçons, ce sont simplement les capitalistes qui mènent contre vous une lutte des classes de plus en plus violente. Les coupables sont sous vos yeux, ce n’est pas la peine d’en créer d’autres ! A moins que ça ne serve les intérêts de ceux qui sont en train de vous dépecer, pour détourner votre colère sur des leurres qu’ils ont eux-mêmes créer? Ce n’est pas de l’Europe qu’il faut sortir, mais du capitalisme !

On veut sortir de l’Europe alors que l’on n’arrive même pas à empêcher la main mise d’une élite politique et économique sur la république. On est incapable de mettre en place un vrai gouvernement de gauche et une assemblée où il y aurait des salariés et des ouvriers, et on veut faire croire que le combat c’est de se mobiliser pour sortir de l’Europe, alors que l’on est incapable de se mobiliser pour défendre la sécu ou les salaires ! Les travailleurs n’ont pas seulement subi des attaques depuis que l’Europe existe, mais avant ils se battaient, tandis que maintenant certain se cachent derrière des leurres pour se donner l’excuse de ne rien faire. l’Europe est dirigé par des capitalistes, mais, l’économie française est dirigée par des capitalistes, les médias français sont dirigés par des capitalistes, les banques françaises sont dirigées par des capitalistes … conclusion sortons du capitalisme ! Sortir de l’Europe sans sortit du capitalisme, c’est comme arrêter sa montre pour gagner du temps !

Quand à ceux qui disent : « Expliquez-moi comment vous voulez réformer un système composé de 28 Etats ? Il y a plus de chance de gagner au loto que de modifier quoi que ce soit. » Je leur réponds : « On s’en fout qui contrôle qui, le changement et les avancées sociales ont toutes été conquisse par des luttes et ce sont nos résignations qui les détruisent ». Mais actuellement la classe capitaliste, avec ses complices d’extrême droite, essaie de vous diviser. Ah, ils sont forts pour crier lors de leur manif : « non au complot juif, non à l’islamisation de la France, non aux homosexuels, …et non à la pression fiscale », mais pour eux il s’agit de la pression fiscale qui touche les plus riches et les entreprises, et que vous payerez ensuite avec de nouveaux impôts indirects et une nouvelle baisse des prestations sociales, en attendant une privatisation des services publics !

Par contre si un changement important avait lieu dans un pays majeur de l’Europe, je suis sûr que l’on peut espérer un effet boule de neige, qui donnerait de l’espoir à tous ceux qui se battent contre le capitalisme. En revanche, je me doute que de nombreux soi-disant antisystèmes opposés à l’Europe sont en fait de vaillants soldats du capitalisme, qui agitent le chiffon rouge de l’Europe pour éviter une colère sociale, et permettre à nos braves patrons et capitalistes français de continuer à s’en mettre plein les poches !

« Attention à ces anti-systèmes qui veulent vous sortir de l’Europe pour mieux vous livrer pieds et poings liés à vos exploiteurs nationaux »

4 Réponses à “C’EST LA FAUTE A L’EUROPE !”

  1. lediazec dit :

    J’aime ce papier. Il y a un effort de comprenette qu’on ne trouve pas trop souvent. Je fais partie de ceux qui militent pour une AUTRE Europe, songeant à détruire ce qui la rend si imbuvable chez le particulier. En un mot comme en cent, il faut la débarrasser de la finance en assainissant la classe politique, souvent, pour ne pas dire toujours, à sa botte ! C’est dire si le chantier est énorme.

  2. Le Grumeau dit :

    Si l’Europe est un levier massif pour contraindre les états à un libéralisme de plus en plus dur et sans garde fous, pourquoi prendre la peine de faire le travail localement autant de fois qu’il y a de membres à l’UE quand on peut les accabler tous d’un seul geste ? Élargissant aux autres pays de l’union l’influence de l’intérêt particulier XYZ .. FoORMIDABLE ! Il n’est pas étonnant que les lobbyistes de toutes les corporations se soient précipités à Bruxelles !! C’est bien là bas que tout se joue et c’est bien pour cette raison que leur influence n’a jamais été si forte … en fait non ! la raison est, et là je ne peux que m’étonner, que presque toutes les forces de progrès (à part peut-être les écologistes dont la vocation est par essence ‘régulatoire’) ont sous estimé l’enjeu européen et ont souhaité continuer à faire du ‘local’ au mépris des populations voisines … Nous étions FoORT MINALBES !! Mépris ? Je m’explique : pour pousser les états à la dérégulation des marchés, à la financiarisation, au démantèlement du droit du travail et du service public etc. chaque acteur impliqué dans ce funeste dessein se sert de l’amplificateur européen à fond … Alors que les maigres opposants agissent à leur portée nominale, locale, vaine, désespérante … privant de ce fait les autres membres de leur effort.
    Bref, tant que les peuples si unis soient-ils ne traiteront que ‘leurs problèmes’ plutôt que d’élaborer prospectivement et préventivement un avenir meilleur qui profite à tous … on sera, et on restera dans la merde.

  3. Orwell dit :

     » Et ce n’est pas non plus l’Europe qui oblige les électeurs à voter pour tous les cumulards qui se présentent à nos élections nationales, et qui nous pondent des lois scélérates pendant qu’eux mêmes vivent au frais de la princesse ? Non, les électeurs le font naturellement ! »

    Naturellement parce que mis à part les cumulards, l’offre politique alternative n’est guerre plus satisfaisante :
    Entre d’une part les marxistes/trotskystes du NPA ou de LO qui n’ont visiblement rien compris des mutations du monde depuis le XIX ème siecle, le FDG et son leader qui n’a pas le courage d’envoyer chier les sociaux traitres de la place du colonel Fabien mais qui prétend pouvoir déclarer la guerre au MEDEF et imposer des changements démocratiques à l’UE des 28, et d’autre part le FN les idées haineuses qu’on lui connait bien qu’il tente des les habiller d’un discours social et d’une critique des institutions de l’UE empruntée à des fins électorales à une poignée d’intellectuels économistes, journalistes, sociologues s’inspirant des courants socialistes pré-marxiste du milieu du XVIII ème siècle, aucune alternative sérieuse n’est proposée, donc finalement cumulards ou autre chose pour les électeurs c’est du pareil au même !

     » les anti-européanistes attendent-ils patiemment que tout soit détruit et bradé pour agir ?

    La même question pourrait être posée au marxistes et trotskystes qui depuis 1848 nous disent qu’il faut laisser faire le libre échange qui fera prendre conscience aux prolétaires du monde entier de l’utilité d’unir leurs luttes contre le capitalisme.
    Le problème avec ce raisonnement c’est que ça fait 160 ans qu’on attend et que les prolétaires qui n’ont pas de patrie unissent leurs luttes.
    Or depuis la révolution industrielle jusqu’à aujourd’hui l’observation des luttes sociales partout dans le monde démontre qu’elles sont circonscrites aux territoires où elles naissent.
    On a jamais vu la CGT/FO/SUD manifester contre le sort réservé aux travailleurs allemands sous Schröder ni aux syndicalistes britanniques que Thatcher a fait massacrer pas plus qu’on la voit s’élever contre le travail des enfants au Bengladesh…

    Alors on cherche des excuses…

    Non on ne cherche pas d’excuse la menace est réelle et tous les jours l’actualité sociale nous le rappelle : FLORANGE/VIRGIN/PSA/FRANCE TELECOM/FRANCE TELEVISION/MICHELIN/ALCATEL/ELECTROLUX/RENAULT/EADS etc …
    Et oui je ne veux plus être récupéré par les syndicats dont le silence complice sur la question du libre échange et du commerce international exacerbé me fait m’interroger sur qui ils défendent réellement.

    « On s’en fout qui contrôle qui, le changement et les avancées sociales ont toutes été conquisse par des luttes et ce sont nos résignations qui les détruisent ».

    Ba bien sûr. Allez dire ça à ceux qui se sont fait gazer par les flics en allant manifester devant le QG de sarkozy en 2012, ou à ceux qui ont perdu deux mois de salaire pendant la manif sur les retraites en 2010, à ceux qui se sont battu car ils ne voulaient pas sucer les sucettes à l’ANI …

    Ah, ils sont forts pour crier lors de leur manif : « non au complot juif, non à l’islamisation de la France, non aux homosexuels, …et non à la pression fiscale »

    De qui parlez vous ? Moi je suis opposé à l’UE, à la BCE, au FMI, à l’OMC, au libre échange , à l’impérialisme , au (néo)colonialisme , à l’économie de marché, à la logique d’accumulation du capital , à toute forme d’économie qui s’appuierait sur le pillage des richesses des autres et qui serait tirée par l’industrie militaire et je ne partage aucune des opinions que vous prêtez aux anti UE en les assimilant à l’extrême droite !!!
    Mais je reconnais bien là le procédé : Qui n’est pas convaincu que les prolétaires n’ont pas de patrie et pense que le seul échelon possible pour l’exercice de la démocratie est la nation alors celui là est forcément d’extrême droite et il convient de lui prêter des idées qui elles sont bien d’extrême droite pour éviter de débattre de ses propres idées.
    Je suis en revanche pour le développement de l’état social, des services publics, de l’intervention publique dans l’économie, de la protection sociale et tout ça au service de tous ceux qui vivent au sein de cet état ou qui le souhaitent.

    Mais avant d’en arriver là je pense qu’il faut déconstruire méthodiquement toute l’infrastructure néolibérale qui soutient le capitalisme actuel.
    Et l’un des pilier majeur de cette infrastructure est l’UE derrière laquelle s’abritent les cumulards politicards pour livrer nos existences au patronat.

  4. OK dit :

    100% d’accord avec cet article. L’U€ n’est rien de plus que le nouvel étage supérieur de l’état commandé par les intérêts communs des bourgeoisies européennes. Cette dictature se poursuivra aussi longtemps que les prolos européens ne riposteront pas à ce niveau. Cette dictature n’est ni meilleure, ni pire, que celle qui prévalait avant 80 au niveau de chaque nation. Elle est tout aussi fragile. Comme la précédente c’est une « infime minorité » qui domine une « immense majorité » de prolos qui, tôt ou tard, la renverseront, encore faut-il que la lutte se concentre sur les profiteurs plutôt que sur le système dont il captent, en permanence, l’essentiel des avantages.

 

misoprostolfr |
paroxetinefr |
Les Chroniques extranormale... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ladychatterley
| touha6080
| Splendeur et aveuglement de...