C’EST AINSI QUE LES CHOMEURS VIVENT !

Posté par 2ccr le 19 février 2014

c'est ainsiLe président des patrons et son bras armé, la direction de Pôle emploi, veulent faire porter sur les chômeurs eux-mêmes la responsabilité de leur situation. Culpabilisation et contrôles renforcés sont à l’ordre du jour. La moitié des personnes inscrites à Pôle emploi ne sont pas indemnisées. Les jeunes de moins de 25 ans n’ont pas droit au RSA contrairement aux rumeurs les plus folles qui courent sur les « assistés ». Une fois obtenues, les allocations ne sont pas si faciles à garder : répondre aux convocations stériles et fournir des justificatifs en cas d’absence, actualiser avec le calamiteux « 39 49 » 

La précarité explose avec des contrats de plus en plus courts : 80 % des nouveaux contrats sont des CDD. Un chômeur qui occupe une miette d’emploi change de « catégorie » : il sort de la catégorie A la plus commentée Ce qui (avec d’autres tours de passe-passe, radiations, contrats « aidés » et autres cellules de reclassement) permet au gouvernement de dire que le chômage stagne. Contrairement à ce que les médias voudraient imposer comme idéologie : les privés d’emploi acceptent donc de travailler y compris pour de très courtes durées, quelquefois pour presque rien ! Exemple : les femmes en milieu rural qui pour travailler doivent payer une nourrice et des frais d’essence (à condition d’avoir une deuxième voiture). Les offres en intérim qui permettent à beaucoup de jeunes d’ouvrir des droits pour pouvoir subsister sont en chute libre et c’est ce moment que les patrons choisissent, à l’ouverture des négociations sur la nouvelle convention assurance chômage, pour réclamer 8 mois de travail au lieu de 4 pour toucher des allocations (4 mois de travail = 4 mois d’allocations actuellement). Ils réclament aussi bien sûr, le retour de la dégressivité des allocations. 

Radiations et menaces de radiations vont bon train. Les prestations bidons (apprendre pour la énième fois à faire « le » CV qui retiendra l’attention du recruteur, savoir se « vendre », « 5 minutes pour convaincre »…) qui engraissent les centres de formation privés, sont obligatoires sous peine de radiation si le « conseiller » a décidé que vous deviez y aller. Les chômeurs sont « triés » en 3 groupes : renforcés, guidés, suivis. Les « renforcés » (« le fond du panier » – dixit une responsable d’agence – sont convoqués de manière intensive pour les fliquer et parfois les envoyer dans des « chantiers d’insertion » qui n’ont jamais « inséré » personne mais sont de véritables chantiers (défrichage de chemins de randonnée, maçonnerie, travaux agricoles pour remplir des paniers « bio »…). Les « guidés » sont convoqués un peu moins souvent mais doivent rendre des comptes. Enfin, les « suivis » sont « autonomes » mais la direction générale réfléchit à un moyen de contrôler les connexions sur internet pour voir s’ils cherchent vraiment.

En expérimentation également, des « conseillers » qui ne font que du contrôle ! C’est peut-être ces expérimentations qui ont conduit à ce que des privés d’emploi ont reçu des lettres leur réclamant des sommes importantes (1 300 €, 5 000 €) sous prétexte qu’ils auraient touché des allocations tout en travaillant. Dans certains cas, c’était tout simplement une « erreur » de Pôle emploi et dans tous les cas, la procédure n’a pas été respectée. En effet, si un indu de plus de 700 € est réclamé, l’usager doit être convoqué pour qu’on lui explique d’où vient cet indu et la possibilité de mettre en place un échéancier. Non seulement ça n’a pas été fait mais certains privés d’emploi ont dû revenir trois fois dans leur Pôle emploi (après avoir téléphoné, envoyé des mails et écrit au médiateur) pour être enfin reçus et qu’on se penche sur leur situation. Dans certains cas, les ponctions sont intervenues sur les allocations malgré un recours engagé pour prouver qu’il y avait une « erreur ». De toute évidence et contrairement à ce que déclare M.Bassères, Pôle emploi a déjà oublié le suicide de Djamel Chaab  ! 

Les privés d’emploi ont aussi à subir des méthodes de plus en plus infantilisantes et indignes. MRS : recrutement par « simulation » où on leur demande de mettre des carrés dans des ronds comme à la maternelle ! Job dating organisés dans les locaux du service public de l’emploi pour « séduire » des patrons auxquels ils ont déjà envoyé des CV restés sans réponses ! EMT (évaluations en milieu de travail, véritable travail dissimulé)…

Toutes ces méthodes et contraintes créent un malaise parmi les conseillers de Pôle emploi et certains les combattent au quotidien, avec quelquefois le soutien timide d’organisations syndicales « engluées »dans le paritarisme !  

Source

Retrouvez des articles sur le sujet : travail, emploi, chômage

3 Réponses à “C’EST AINSI QUE LES CHOMEURS VIVENT !”

  1. Loup dit :

    Entièrement d’accord avec l’article, « infantilisation », c’est bien le mot. Ma pire expérience restant le « job dating » et l’EMT, usine à candidat, on croirait un marathon de chômeur en marche vers les JO de l’emploi. Décrocher la timbale relevant de l’exploit sportif ! Leurs méthodes d’embauche frise le ridicule. La porte ouverte a toutes les discriminations, et combien même vous faites des efforts pour être présentable, cela ne sert strictement à rien. Pôle Emploi se moque du monde, et avec leurs protections juridiques, difficile de les assigner en justice. P E n’a pas son pareil pour mettre les gens dans la merde.
    Le président l’a promis il va juguler la courbe du chômage, et pour se faire tout les moyens sont bons : radiations, stages bidons, travaille précaire… J’aurais préféré qu’il imagine la création de vrai poste de travail, plutôt que de faciliter la casse social ! C’est quand la révolution ? Que je puisse mettre le feu à Pôle Emploi ??? Comme ils prennent les chômeurs pour des cons !!!

  2. Loup dit :

    « Enfin, les « suivis » sont « autonomes » mais la direction générale réfléchit à un moyen de contrôler les connexions sur internet pour voir s’ils cherchent vraiment. »
    Votre conseillé PE voit toutes les démarches que vous effectuez quand vous êtes connecté sur leur site. Tenez le pour dit ! Maintenant si vous cherchez ailleurs que chez eux, c’est une autre affaire…

  3. Eng Michel dit :

    Et que dire de ces séniors qui, une fois moins rentables(d’après les patrons et les chefaillons) sont poussés par la porte de sortie. Et qui après plus de 40 ans de trime , se retrouvent en précarités avec ~ 480 euros par mois, et cela même avec des carrières complètes car n’ayant pas l’age légal de partir en retraite et qu’on ne dise pas que c’est un choix des séniors. Ceux , élus pour défendent le peuple sont grassement payés et leurs retraites sont assurées. Peu ont les c……s de contredire leur chef de file et votent les lois comme leur partie le demande. Il serait bien temps qu’ils reviennent sur terre et ouvrent un leurs yeux.
    voici un courrier envoyé aux députés et sénateurs par un collectif de séniors au chômage.Très peu de réponses, ce qui montre bien le mépris qu’ils ont envers les électeurs.

    « Mesdames, Messieurs les Députés / Sénateurs,

    Nous sommes un collectif représentant, à travers toute la France, des milliers de seniors proches de la retraite en situation de grande précarité.

    Depuis la suppression de l’Allocation Equivalent Retraite (AER) début 2011, nous sommes condamnés à vivre de minimas sociaux (480 € / mois) pendant 2, 3 ans ou plus, avant de pouvoir obtenir notre retraite bien méritée. Nous nous battons ardemment pour son rétablissement intégral ou l’assouplissement / élargissement de l’Allocation Transitoire de Solidarité (ATS) mise en place par le Gouvernement actuel, mais trop restrictive.

    Nous avons durement travaillé très jeunes et longtemps pour cotiser / valider tous les trimestres exigés par la loi. Nous revendiquons le droit d’être traités dans le respect et la dignité que tout être humain est censé bénéficier, et non dans l’indifférence et le mépris exercés à notre égard !

    Or, Nous avons le regret de constater que très peu de députés et sénateurs se sont mobilisés pour intervenir en faveur de notre cause auprès des Ministères concernés.

    Aussi, nous réitérons notre demande, afin que vous assumiez vos responsabilités en intervenant -en grand nombre- fermement auprès du Gouvernement, pour trouver des solutions nous permettant de vivre décemment jusqu’à l’obtention de notre retraite à taux plein.

    Nous vous remercions sincèrement pour votre action.

    Cordialement,
    Le Collectif AER/ATS 2014. »

 

misoprostolfr |
paroxetinefr |
Les Chroniques extranormale... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ladychatterley
| touha6080
| Splendeur et aveuglement de...