ETRE ASSIS TUE

Posté par 2ccr le 10 juillet 2014

chaiseJ’ai eu le plaisir de lire récemment dans le journal Le Monde un article mettant en garde la population, et en particulier les personnes travaillant dans des bureaux, contre la position assise : « Il y a trois siècles, aux Etats-Unis, Thomas Jefferson travaillait debout à son bureau. La mode revient dans le pays, où de plus en plus d’experts s’alarment : rester assis au bureau toute la journée nuit gravement à la santé. Douleurs au dos, dégénérescence musculaire, maladies cardiaques, diabète, cancer du côlon et même décès prématuré sont quelques-uns des risques qu’encourt le travailleur sédentaire. », écrit Le Monde.

Rien à dire sur la partie médicale mais relevons que, il y a trois siècles, Thomas Jefferson n’était pas né, et il en était encore loin. Sa mère elle-même ne naquit qu’en 1720 ! Vous me direz que je chipote. Mais je suis sûr que les lecteurs du Monde auraient apprécié un minimum de précision historique. Ils auraient été intéressés d’apprendre que, s’il est vrai que Jefferson travaillait debout à un pupitre, ce n’est pas lui, et de loin, qui en lança la « mode ».

Car travailler debout n’est pas une mode : depuis l’origine de l’écriture, les hommes écrivaient et lisaient debout, ne serait-ce que parce que les supports (pierres à hiéroglyphes, précieux papyrus puis lourds parchemins), ne s’accommodaient pas du tout de la position « vautré sur un canapé ». Lorsqu’ils s’asseyaient, ce n’était pas à une chaise devant un bureau, mais dans une position en tailleur proche de celle du lotus, comme la statue du scribe égyptien, au Musée du Louvre.

Les Grecs faisaient eux aussi leur travail intellectuel debout, comme on peut le voir dans la villa Kerylos, à Beaulieu-sur-Mer (Côte d’Azur). C’est une villa qui fut construite en 1908 et meublée par l’érudit Théodore Reinach sur le modèle des villas de la Grèce antique du IIe siècle av. J.-C. : la bibliothèque de cette maison est équipée de « deux pupitres qui servaient à Théodore Reinach pour lire et pour travailler, debout, à la mode antique », comme l’indique le site Internet de l’institution. Orientée vers l’est, elle lui permettait d’étudier le matin, à la lueur du soleil levant. Son après-midi était consacrée à des exercices physiques, comme les Grecs allaient au stade faire de l’athlétisme.

Tout le monde connaît les représentations des moines copistes du Moyen-Âge composant leurs enluminures debout à des pupitres, tout comme les peintres, d’ailleurs, travaillaient généralement debout à leur chevalet. Les scribes dans les études de notaire travaillaient eux aussi debout la plupart du temps, jusqu’à la fin du XIXe siècle.

En réalité donc,
ce furent tous les hommes dans toute l’histoire, jusqu’à une date récente, qui passaient l’essentiel de leur temps debout, même quand ils étudiaient ou faisaient un travail de bureau. Ajoutons que les Grecs qui pratiquaient la philosophie préféraient même le faire en marchant. L’école fondée par Aristote en 335 av. J.-C. s’appelait l’école « péripatéticienne », ce qui signifie en grec « s’effectue en marchant ».

Que s’est-il passé pour que nous nous mettions tous, si brutalement, à passer des heures assis ou vautrés dans des fauteuils ? On peut incriminer l’école de Jules Ferry qui imposa à toute la population enfantine de rester assise toute la journée jusqu’à l’âge adulte, puis la télévision, l’ordinateur… Mais il y a pour moi un autre problème, tout récent, qui est la généralisation des fauteuils et canapés ultra profonds et confortables.

Vous souvenez-vous des chaises et fauteuils de nos grand-mères ? Dans les familles paysannes, ils étaient faits de quelques bouts de bois et d’un peu de paille, dans lesquels on ne restait assis que par politesse. Mais même dans les familles les plus fortunées, fauteuils et canapés, s’ils étaient richement sculptés et brodés, n’en étaient pas moins inconfortables. Les enfants apprenaient à s’y tenir « droit comme un i », et le simple geste d’appuyer son dos contre le dossier était déjà considéré comme « mal élevé ». Mais aujourd’hui, aujourd’hui… comment résister à la tentation ? Pour 30 euros, vous pouvez trouver dans le premier dépôt-vente venu un fauteuil énorme et moelleux, dans lequel vous pouvez sans problème passer tout votre samedi… et votre dimanche !

D’après un article de « Santé Nature Innovation« 

 

misoprostolfr |
paroxetinefr |
Les Chroniques extranormale... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ladychatterley
| touha6080
| Splendeur et aveuglement de...