S’AFFRANCHIR DU MYTHE DE LA CROISSANCE …

Posté par 2ccr le 26 septembre 2014

mytheIl est temps d’en finir avec cette idée du candidat François Hollande en 2012, reprise sans cesse par le Président, selon laquelle « sans croissance, il n’y a pas de redressement économique, pas de création d’emploi » et même pas de progrès social possible. Cette idée nous condamne à l’impuissance politique.

Il n’y a nul besoin d’attendre la croissance pour s’en prendre à l’excès de dividendes et de profits non réinvestis, pour séparer réellement les activités de banques de dépôts et de banques d’affaires, pour négocier un partage équitable du travail tout au long de la vie, pour mettre en place une vraie taxation des transactions financières, pour une révolution fiscale progressive, pour réduire fortement la pauvreté et la précarité en un an, pour lancer un plan massif de réhabilitation thermique et d’énergies renouvelables… Aucune des 31 mesures du programme de Nouvelle Donne pour les élections européennes n’a besoin que l’on attende la croissance, bien que tout y figure pour qu’on sorte de la déflation actuelle, en particulier en reprenant la main sur la finance et la création monétaire.

D’innombrables travaux montrent que, dans le groupe des pays les plus « riches » au sens usuel, les indicateurs de développement humain, de bien vivre, de santé et d’éducation, de délits et violences… n’ont plus aucun rapport avec le niveau du PIB par habitant. Les « politiques de croissance » ne marchent plus, elles ont même des effets pervers. Il faut des politiques de civilisation, d’ailleurs bien plus riches en emplois.

De plus en plus d’économistes estiment que, d’une part, la croissance ne reviendra pas, ou seulement à des taux très faibles, et que, d’autre part, selon Thomas Piketty, « le retour de la croissance ne résoudra pas l’essentiel des défis auxquels les pays riches doivent faire face ». Daniel Cohen nous invite quant à lui à nous « affranchir de notre dépendance à la croissance ».

Plus important encore, le retour – très improbable – d’une croissance « à l’ancienne » n’est pas souhaitable si l’on pense à l’avenir de notre biosphère, un avenir qui a commencé à se conjuguer au présent, sous la forme de catastrophes dont la fréquence et la gravité augmentent. Ce retour aggraverait encore la pression écologique des activités humaines, dont le réchauffement climatique, et accélèrerait la destruction des écosystèmes dont dépend le bien-être humain.

En 2013, c’est vers le 20 août que l’humanité a fini de consommer le flux de ressources naturelles renouvelables que la nature peut lui fournir en un an, et qu’elle a donc commencé à vivre à crédit en prélevant dans les réserves de la « banque mondiale des ressources naturelles ». Or ces réserves sont limitées. On ne peut pas très longtemps bruler ses meubles pour se chauffer.

La déraison est du côté des mystiques de la croissance, la raison du côté de la gestion commune de biens communs écologiques et sociaux, y compris la monnaie et le crédit.

Source

Lire : DES ÉCONOMISTES PROPOSENT LA SEMAINE DE 30 HEURES

« LA TECHNOLOGIE AURAIT DU LIBÉRER L’HUMANITÉ DES FARDEAUX DE LA VIE. MAIS MALHEUREUSEMENT ELLE LUI EN DONNA DE NOUVEAU »…C.PADEMOI

3 Réponses à “S’AFFRANCHIR DU MYTHE DE LA CROISSANCE …”

  1. Dimitri dit :

    Oui vous avez raison, la planète ne pourra jamais soutenir notre rythme de production, ce sont des banquiers, des financiers, des industriels,ect…qui poussent à consommer plus pour faire rentrer plus d’argent.

    Comment peut-on croire à un sommet de Paris contraignant avec l’accord TAFTA en même temps ? C’est non compatible puisque les entreprises pourront détruire les normes sociales et écologiques pour faire plus de bénéfices, tout ceci devant les tribunaux. C’est à dire que la justice est l’alliée des multinationales et des banques, et les politiques devront se soumettre à ses jurisprudences.

    Nous allons droit vers l’extinction, qui s’appelle l’anthropocène (destruction de la vie par l’homme) :
    http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3350_anthropocene.php

  2. grumeau.couillasse dit :

    j’adhère à ce genre de pensée, que je soutiens par l’action.
    Il me semble cependant difficile de faire accepter ce message à une part de population suffisante – accepter une théorie, c’est facile, agir c’est autre chose.
    Pourtant, mon intuition me dit que l’humain perdurera. Que devons nous attendre des jours prochains, l’expression d’une force supérieure qui rétablisse un équilibre malmené? rien de divin, seulement la conséquence d’une gestion humaine malhabile du macrocosme intelligent qui nous héberge.
    Il n’y a pas d’autre possibilité hélas pour faire renaître la conscience dans ces corps gâtés, que d’assumer la bêtise de notre espèce en se préparant au grand virage.
    Ca va pas être rigolo.

  3. Einleiger dit :

    Taxer les transactions financières, c’est accepter le capital. Au lieu de vouloir taxer le capital, développons la cotisation sociale!

 

misoprostolfr |
paroxetinefr |
Les Chroniques extranormale... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ladychatterley
| touha6080
| Splendeur et aveuglement de...