L’INÉGALITÉ SOURCE D’INSTABILITÉ

Posté par 2ccr le 6 novembre 2014

fouL’augmentation de l’endettement tant dans le secteur privé que dans le secteur public et les bulles correspondantes des actifs et du crédit sont en partie la conséquence des inégalités. Une faible croissance des revenus pour tout le monde sauf pour les plus riches au cours des dernières décennies a généré une tension entre moyens financiers et envies de consommation. Les pays anglo-saxons ont réagi en démocratisant le crédit – par une libéralisation financière – ce qui a accru la dette privée, les ménages empruntant davantage pour consommer. En Europe, les ressources fiscales ne permettant plus de financer suffisamment les services publics (l’éducation, les soins gratuits, etc.), les autorités ont creusé le déficit public et la dette. Dans les deux cas, la dette a fini par atteindre un niveau insoutenable.

Dans les pays avancés, les entreprises ont supprimé des emplois en raison d’une demande finale insuffisante, ce qui conduit à un excès de capacité productive et pose question quant à l’avenir. La suppression d’emplois diminue encore la demande finale, car elle réduit les revenus du travail et accroît les inégalités. Le coût du travail d’une entreprise constituant les revenus de ses salariés et suscitant leur demande de consommation, une mesure rationnelle au niveau d’une entreprise peut-être destructive au niveau de la société prise dans son ensemble.

De ce fait l’économie de marché ne génère pas une demande finale suffisante. Par exemple aux USA la diminution du coût du travail a fortement réduit la part du revenu des salariés dans le PIB. Le crédit devenant rare, avec la plus faible propension marginale des entreprises, des détenteurs de capitaux et des ménages aisés à dépenser, les conséquences de décennies de redistribution inéquitable des revenus et des richesses sur la demande agrégée (du travail vers le capital, des salaires vers les profits, des pauvres vers les riches et des ménages vers les entreprises) sont devenues plus marquées.

Ce problème n’a rien de neuf. Karl Marx a exagéré les mérites du socialisme, mais il avait raison de dire que la mondialisation, le capitalisme effréné et la redistribution des revenus et des richesses issues du travail au profit du capital pouvaient conduire le capitalisme à s’auto-détruire. Ainsi qu’il le proclamait, le capitalisme sauvage peut entraîner des épisodes de surcapacité, de sous-consommation et un retour cyclique de crises financières destructrices alimentées par l’éclatement des bulles du crédit et du prix des actifs.

Même avant la Grande dépression, les classes “bourgeoises” éclairées européennes reconnaissaient que pour éviter une révolution il était nécessaire de protéger les droits des salariés, d’augmenter leurs revenus et d’améliorer leurs conditions de travail, de redistribuer les richesses et de financer les biens publics (l’éducation, la santé et système de protection sociale). La pression en faveur d’un Etat-providence moderne a augmenté après la Grande dépression, lorsque l’Etat a assumé la responsabilité de la stabilisation macroéconomique. Il lui a fallu pour cela entretenir une classe moyenne importante en renforçant les biens publics par une fiscalité progressive et en donnant à tous une chance de réussir.

Ainsi, l’avènement de l’Etat-providence (souvent sous la conduite de démocraties libérales) a été une stratégie pour éviter une révolution populaire, le socialisme et le communisme, au moment où la fréquence et la gravité des crises financières allaient croissantes. Trois décennies de calme relatif du point de vue social et économique ont suivi, de la fin des années 1940 jusqu’au milieu des années 1970 – une période durant laquelle le revenu médian a augmenté rapidement et les inégalités ont fortement baissé.

Mais durant la période Reagan-Thatcher on a perdu de vue la nécessité d’une règlementation prudentielle du système financier, les défauts du modèle social européen ayant été l’une des causes de la tendance à une déréglementation massive. Ces défauts se traduisaient par de gros déficits budgétaires, un excès de réglementation et un manque de dynamisme économique qui a conduit à une croissance anémique à l’époque, et à la crise de la dette souveraine dans la zone euro aujourd’hui.

Mais le modèle anglo-saxon du laissez-faire a lui aussi misérablement échoué. La stabilisation des économies de marché nécessite de revenir au bon équilibre entre les marchés et les dispositions en faveur des biens publics. Cela suppose de s’écarter à la fois du modèle anglo-saxon avec son absence de régulation des marchés et du modèle continental européen d’Etat-providence basé sur le déficit budgétaire. Quant au modèle alternatif, celui de la croissance “asiatique” – s’il existe vraiment – il n’a pas empêché l’augmentation des inégalités en Chine, en Inde et ailleurs.

Un modèle économique qui ne corrige pas les inégalités est condamné à une crise de légitimité. Si l’on ne réexamine pas les rôles économiques respectifs du marché et de l’Etat,  l’instabilité sociale et politique menacera la croissance à long terme et la protection sociale.

Source

Comprendre : TOUT SAVOIR SUR LES CRISES

« On fait la charité parce que l’on n’a pas su imposer la justice »…Victor HUGO

Une Réponse à “L’INÉGALITÉ SOURCE D’INSTABILITÉ”

  1. devphil30 dit :

    Je lis tous les jours et toujours avec beaucoup d’intérêt les articles de ce blog.
    Merci pour ces articles de fond permettant de réfléchir et de se cultiver.
    Je suis totalement d’accord avec ces contenus.

    Bon nombre « d’élite » devrait réfléchir à long terme et non pas céder au sirènes des financiers et des lobbying pour gérer les pays.
    Il est certain que la situation dans laquelle nous sommes ne peux pas perdurer sans non conduire à des problèmes insurrectionnels.

    Philippe

 

misoprostolfr |
paroxetinefr |
Les Chroniques extranormale... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ladychatterley
| touha6080
| Splendeur et aveuglement de...