COMMENT FONCTIONNENT LES THEORIES DU COMPLOT ?

Posté par 2ccr le 14 mars 2015

 theorieDans le cas du Réseau Voltaire comme dans le cas d’Alain Soral, c’est un bricolage rhétorique plus ou moins habile qui combine : une vraie intelligence des enjeux politiques, des éléments de « bon sens populaire » (par opportunisme, car il faut plaire à presque tous), des « hypothèses » présentées avec l’assurance qui sied aux démonstrations les plus scientifiques, mais aussi des tartes à la crème formulées avec toute l’austérité nécessaire pour être considérées comme d’audacieuses pensées. Ainsi, il ne faut pas prendre ces démonstrations comme de simples imbécillités destinées à des gogos. Les récits complotistes ont un écho car ils répondent à une demande de paroles et d’aventures dégagées des formes dominantes de médiatisation. Or, les marchants de complots ne sont pas ce qu’ils prétendent être : autonomes et libres. Thierry Meyssan, par exemple, est appointé par des grands médias de régimes liberticides, il est un instrument des États qui le soutiennent.

Si l’on veut aller plus loin dans la déconstruction des « théories du complot», il faut considérer le fait qu’au total, ces manières de penser et de dire, y compris quand elles passent par de « l’humour », expriment une vision du monde et des rapports sociaux. L’une des raisons pour lesquelles ces récits marchent, même lorsque ce sont des histoires à dormir debout, c’est précisément qu’ils constituent des récits, ou si l’on veut des contes. Ils répondent à une demande de paroles et d’aventures dégagées des formes dominantes de médiatisation (pauvres, infantilisantes, manipulatrices), et cela en contrepoint à la crise des institutions et de la politique telle qu’elle est pratiquée généralement. Ainsi, le Réseau Voltaire et ses amis antisémites s’attachent à faire semblant de proposer à l’internaute de se rendre compte par lui-même, voire d’enquêter. Notons au passage que si on met de côté les mini-théories du complot (celles qui circulent spontanément sur le net de la part d’on ne sait qui, mais qui buzzent), les Meyssan, Dieudonné ou Soral ne sont pas des nouveaux-nés de la politique mais des vieux routards de la parole. Ils ne sont pas des marginaux de toute éternité, mais au contraire, ils sont issus du sérail républicain, qu’ils haïssent faute d’y avoir été reconnus.

Ceci dit, les « théories » du complot ont d’énormes faiblesses. Quand on gratte un peu et qu’on va voir derrière telle ou telle affirmation, il y a beaucoup de vide, d’affirmations abracadabrantes, d’hypothèses injustifiées, qui devraient conduire à se demander toujours qui parle et avec quelles intentions. Et si le Net permet de faire circuler tout et n’importe quoi, il a aussi l’immense avantage de permettre à chacun de chercher, de se faire sa propre idée et d’aiguiser son esprit critique. Un autre aspect, c’est que beaucoup de citoyens aspirent à des rapports humains pacifiques, et non à une guerre de tous contre tous. Or, les théoriciens du complot sont des fauteurs de guerre, qui agissent en miroir des discours belliqueux des États, notamment des États-Unis. Un gros problème pour eux est que l’impasse de la guerre entre les cultures ou entre les civilisations est de plus en plus visible, et que nos sociétés expriment un immense besoin d’égalité et de fraternité, contre les politiques des États qui dominent. Et l’on peut ajouter que les « théories du complot » ont en commun leur silence sur la question centrale de l’égalité, pour une raison simple : elles n’ont rien à proposer pour l’avenir en la matière car elles n’existent qu’en désignant des bouc-émissaires, des ennemis.

Les visions complotistes sont contradictoires avec les aspirations démocratiques profondes. Elles ne laissent en réalité aucune place à une authentique confrontation d’idées, ni à une quelconque délibération collective. Les combattre est devenu un enjeu politique fort. Enfin, les visions complotistes sont contradictoires avec les aspirations démocratiques. Elles offrent un terrain de jeu qui semble donner de la liberté, alors qu’en réalité elles ne laissent aucune place à une authentique confrontation d’idées, ni à une quelconque délibération collective.

Le renforcement d’une éducation qui permette à chacun de penser par soi-même n’est peut-être pas un vaccin miracle contre la manipulation, mais il est un sérieux atout pour les partisans de l’émancipation. De même, le véritable antidote contre ces gens est l’existence d’une pensée alternative riche et pluraliste, qui ne dépende pas des principaux médias, ainsi que la richesse des expériences militantes, à condition que chacun veille à dépasser les clivages et débattre avec bienveillance. Il faudra désormais que ces questions de lutte pour la transparence et de démasquage des idéologies du complot fassent partie du combat politique. Il ne faut pas toutefois confondre l’interrogation légitime de tous les faits sociaux ou politiques et l’abandon de tout esprit critique au profit de n’importe quelles hypothèses manipulatoires.

Gilles Alfonsi

Lire également :  La saga du BdB

« Quand je suis arrivé au pouvoir, les multinationales recevaient 82% des
revenus de nos matières premières et nous 18%. Aujourd’hui c’est
l’inverse ! J’ai fait ce qu’il y avait à faire pour mon peuple.
J’attends maintenant qu’on m’assassine comme ils ont fait avec Chavez »… Evo Morales, Président de la Bolivie

4 Réponses à “COMMENT FONCTIONNENT LES THEORIES DU COMPLOT ?”

  1. B.Bec dit :

    interrogation légitime ?

    Ok, les 2 tours en 2001 se sont effondré a cause des avions qui les ont percutés…
    Mais comment expliqué l’effondrement de la 3ème tour (47 étages – 194 mètres de hauteur), qui n’a été touché par aucun avion et s’est écroulé sur lui-même comme un château de cartes aussi vite qu’une boule de bowling lâchées du haut du bâtiment, en à peine 7 secondes. » ?
    http://blogs.mediapart.fr/blog/sebastien-morfouace/110913/saviez-vous-qu-une-3eme-tour-est-tombee-le-11-septembre

    • 2ccr dit :

      Les complots ont toujours existé, ils existeront toujours, vouloir nier cela c’est nier l’histoire, mais LE grand Complot, non, les complots, oui, et effectivement ils ne se cachent même plus, ou à peine. Il a toujours existé des lobbies et des organisations, qui cherchent à peser sur les prises de décisions politiques et économiques. Les groupes de pression existent et sont connus, ils se sont autoproclamés, sans concertation, ils ne sont pas élus : G8, G20, OMC, FMI, OTAN, ONU, Commission Européenne, …. et les médias participent à leur propagande en utilisant cette novlangue qui est l’arme de la communication politique depuis longtemps, novlangue qui s’est considérablement renforcée depuis 20 ans grâce notamment aux nouvelles technologies et à l’abrutissement généralisé des masses.

      Balzac disait : « Tout pouvoir est une conspiration permanente », et effectivement l’histoire elle-même s’est écrite avec des accords secrets, parfois tenus et souvent reniés. Des trahisons d’un groupe de personnes ou d’Etats en faveur d’intérêts financiers, économiques ou stratégiques sont légion dans l’histoire de l’humanité, mais arrêtons de penser que, comme dans les films et les mauvaises séries, un groupe de personnes se réunit clandestinement et dirige le monde. Un peu de bon sens ne nuit pas, les petits groupes d’individus qui œuvrent pour leurs seuls intérêts sont nombreux sur notre planète. Ceux qui bougent le moins et se laissent tondre la laine sur le dos, ce sont ceux qui s’extasient devant des gourous qui leur expliquent que le monde extérieur est dangereux et contrôlé par les conspirateurs du nouvel ordre mondial ; cette paranoïa peut devenir un véritable délire de persécution impossible à raisonner. Le conspirateur est un dealer qui par petites doses réconforte les simples d’esprits pour maintenir le système en place.

      voir : https://2ccr.wordpress.com/category/complot/

      et aussi a propos de votre commentaire :

      VOUS AVEZ DIT 11 SEPTEMBRE ?
      https://2ccr.wordpress.com/2011/02/15/vous-avez-dit-11-septembre/

      bonne soirée

  2. Buta dit :

    « Les visions complotistes sont contradictoires avec les aspirations démocratiques profondes. Elles ne laissent en réalité aucune place à une authentique confrontation d’idées, ni à une quelconque délibération collective. »

    Au contraire, exprimer des doutes et remettre en cause les versions officielles servies par la classe dominante (que ce soit en politique, géopolitique ou en économie) est salutaire pour la prise de conscience collective et donc contribue au débat démocratique sur des bases plus larges que celle auxquelles les médias souhaitent nous cantonner. Évidemment il ne faut pas tomber dans l’extrémisme nauséabond, à voir un complot (juif!) pour le moindre évènement. Il faut bien sûr réfléchir par soi-même et tenter de démêler ce qui tient du délire paranoïaque des questionnements pertinents. Mais il ne faut pas être naïf non plus. Les gouvernants et les médias mentent souvent et de manière éhontée dès que les sujets sont vraiment importants (crise économique, guerres, terrorisme…). On est donc en droit de penser qu’ils dissimulent parfois, sans forcément en avoir conscience, des vérités effroyables. Mieux vaut parfois douter à tord que d’avaler des couleuvres et d’être manipulé continuellement.

    Je me suis personnellement beaucoup intéressé aux agissements des armées et services secrets des grands puissances. La liste de leur crimes avérés historiquement -et suspectés dans des évènements plus récents- est longue : coups d’état, assassinats politiques, attentats sous fausse bannière ou autre prétexte pour déclencher une guerre ou établir des lois liberticides… Ce n’est pas être « complotiste » d’être conscient que ces pratiques existent depuis toujours. Tant qu’on poussera à considérer tout individu qui dénonce les discours et la propagande officiels au mieux comme un demeuré au pire comme un dangereux fasciste, ces organisations « souterraines » pourront continuer à agir en toute tranquillité…

    C’est pourquoi je déteste ces termes « théoricien du complot » et « complotiste » qui tendent à mettre dans le même sac le citoyen critique et l’obsédé du complot illuminati. Ces mots sont maintenant utilisés pour décrédibiliser immédiatement quiconque ose poser des questions sur la vérité qu’on veut lui imposer. C’est, au même titre que l’accusation d’antisémitisme, devenu un moyen efficace de bâillonner toute critique ou dénonciation. Faites attention 2ccr! A force de dénoncer avec obsession les pratiques et les mensonges des patrons et vautours du capital, on va finir par vous traiter de complotiste (gauchiste de surcroit) vous aussi !

 

misoprostolfr |
paroxetinefr |
Les Chroniques extranormale... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ladychatterley
| touha6080
| Splendeur et aveuglement de...