PRIVE-PUBLIC : pour un statut unique du travailleur !

Posté par 2ccr le 24 octobre 2015

Le patronat et le gouvernement veulent simplifier le code du travail et moderniser le statut de la fonction publique ? Nous disons : chiche pour un statut unique du travailleur !

 tatouageLe 19 septembre dernier, Emmanuel MACRON, Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique aurait déclaré, concernant le statut des fonctionnaires, qu’il n’était « plus adapté au monde tel qu’il va » et « surtout n’est plus justifiable compte tenu des missions ». Selon des journalistes, il aurait ajouté : « On va progressivement entrer dans une zone – on y est déjà d’ailleurs – où la justification d’avoir un emploi à vie garanti sur des missions qui ne le justifient plus sera de moins en moins défendable ». Il envisage en même temps, en accord avec le Medef, de simplifier le code du travail. On voit bien dans quel sens vont leurs propositions : celui d’une précarité généralisée des emplois publics et du secteur privé. Et bien ce n’est pas le modèle que nous défendons.

Oui, le statut de la fonction publique, instauré par le ministre communiste Maurice Thorez en 1946 reste une avancée sociale majeure. Il donne aux travailleurs qui en bénéficient la sécurité de l’emploi et du revenu tout au long de leur vie, la reconnaissance de la qualification dès le recrutement par concours anonyme et jusqu’au contenu des missions à effectuer. Il garantit l’indépendance de leurs missions. Cette avancée sociale majeure dont profitent déjà six millions de salariés de la fonction et des entreprises publiques (1 salarié sur cinq), nous proposons de l’étendre à l’ensemble des salariés. Dans le même sens que ce qu’avance la CGT avec la sécurité sociale professionnelle, nous proposons que quelles que soient les circonstances (préformation, chômage, maladie et retraite) le salarié ait la garantie du revenu et la reconnaissance de sa qualification. Si le salarié perd son emploi, on lui proposera une formation ou un autre emploi mais il conservera le salaire correspondant à sa qualification.

Et pour ceux qui n’ont jamais travaillé et notamment les jeunes ? Chaque jeune, dès dix-huit ans, même s’il poursuit ses études, se verra attribuer le statut de travailleur donnant droit à un salaire selon sa qualification et un travail ou une formation. C’est inscrit dans la constitution. (« Chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi ») Comment financer un tel dispositif ? Le financement de ces mesures sera assuré par une cotisation sociale prise sur la valeur ajoutée des entreprises. Déjà la moitié du salaire (cotisations sociales) est gérée de cette façon.

Nous proposons d’étendre cette cotisation à l’ensemble du salaire. Un chômeur « coûte » 15000 euros par an alors que le salaire d’un smicard est 22000 euros, cotisations comprises. (Fin des dispositifs qui maintiennent dans la précarité : ex RSA) 7000 euros pour en finir avec le chômage et la précarité ce n’est pas cher payé ! En finir avec le marché du travail Il faut en finir avec cette situation moyenâgeuse où la vie des salariés et de leur famille dépend du bon vouloir du patronat et de la rente des actionnaires. Il faut en finir avec cette condition où les travailleurs sont réduits au rang de marchandises que l’on échange sur le marché du travail. Les travailleurs de la fonction publique ont tout intérêt à porter cette revendication. En unifiant le salariat, en mettant un terme à leur mise en concurrence et au chantage à l’emploi, ils créent un rapport de force favorable à l’ensemble des travailleurs.

Source

« Nous devons apprendre à vivre comme des frères, faute de quoi nous périrons comme des imbéciles »… Pasteur Martin Luther King

3 Réponses à “PRIVE-PUBLIC : pour un statut unique du travailleur !”

  1. BIGOT DIT ARPONTAR dit :

    LE CAC 40 le medef voudraient revenir au servage et a l’esclavage et meme plus cloner les travalleurs et leur donner un bol de riz par jour

    TOUTE LA DROITE RIPOUBLICAINE GATTAZ ET MACRON EN REVENT §§§§§§§§§§§§§§§

    ATTENTION LA COCOTTE MINUTE EST PRETE A EXPLOSER

  2. hervepasgrave dit :

    Bonjour
    La simplification du droit du travail devrait-être comme la simplification de toutes les lois réelles.

    la simplification en cours ,ce n’est qu’une perte des droits ,mais n’oublions pas que du droit il y à normalement des devoirs!et que ces devoirs doivent être partagés équitablement Et qui dit équité ne dit pas forcément alignement privé/public! ou alors par le haut et non par le bas.

    Et quitte à simplifier, cela se fait en réduisant des volumes complets de textes les plus compliqués et plus inextricables les uns que les autres.Raccourcir tout cela serait un grand progrès.Mais avec le pouvoir et l’expansion des métiers de justices,cela n’est pas près d’avoir lieu.(gros marché juteux et expansif sur dans tous les domaines de la vie)
    La chose qui me surprend le plus(pas trop en fait) c’est combien nous avons de chefs d’entreprise qui ont réussit a monter leur boite ou leur business grâce à leur conjoint(e) étant dans le public ou assimilé?? et qui faisaient bouillir la marmite! en attendant de meilleurs jours?
    Et maintenant qu’ils sont en place voudraient voir cela se terminer?? Ils n’ont que la mémoire courte ou ne sont-ils que des arrivistes.Mais se rangent d’eux mêmes dans la catégorie des martyrs.

    Pour l’instant les populations ont le ventre plein, alors il n’y à rien a faire ni à espérer.

    Parler, certes mais avec qui ? personnes aujourd’hui ne se mouillent, les syndicats ne servent que leurs intérêts? Mais je dois avoir la dessus peut-être la vue trop étroite tellement
    leur efficacités est flagrantes! Je les voies comme je vois les relations internationales dans les accords ,ils font une partie de chaises tournantes et les Bais…. devinez qui?
    Suspect de tromperie ,non bien sur ,c’est chacun son tour ,mais bien évidemment pas de manière à être majoritaire,pour changer ou défendre quoi que ce soit « Hé!Hé! »
    Alors ,la seule chose qui reste et qui me parait complètement absurde c’est que les gens arriveraient a se bouffer la G…. alors que tout le monde cherchent un emploi stable dans le temps.Et ceux qui obtiennent une place tant décriée ,mais en fait qui est jalousée par la plupart des autres alors que les salaires sont très bas et il y a de moins en moins d’avantages ,car les rares nouvelles recrues ne sont pas systématiquement engagées aux mêmes conditions (je considère personnellement que nous faisons des amalgames entre fonctionnaires ou assimilés ,par méconnaissance ? nous n’avons que des réflexes imbéciles de rumeurs publiques qui sont certainement plus qu’infondées!

    S’il y avait qu’une chose qu’il faudrait faire, mais avoir le courage de le faire c’est que du jour au lendemain c’est plus d’avantage pour les entreprises et pour l’ensemble de la population que dalle, plein pot pour tous.L’état se renflouerai d’un seul coup. Avec comme compensation la remise en fonctionnement des services d’état (principalement sociaux ,il ne faudrait pas en profiter pour dégrader le minimum qu’est le droit de vie et de santé. Et oui pour vivre aujourd’hui il ne reste que l’air pollué qui n’est pas encore taxé)

  3. hervepasgrave dit :

    Bonsoir,
    « BIGOT DIT ARPONTAR »
    Arrête ton char, de toutes les manières les Français voterons à droite la prochaine fois et cela ne changera rien Gattaz ni Macron et qu sais-je ni changerons rien la voie est ouverte et personnes n’est là pour défendre une justice et une égalité.Tu peux crier ,personne ne t’écoute ,mis à part quelques gens qui comme moi sont vont sur le net,mais c’est du vent. C’est raté pour un bon moment.Pourquoi? il n’y a personne d’intègre et qui ne se laisserais déstabiliser, par quelques menaces qui soit .Évidemment notre société internet et tous les technologies informatiques ne sont que des moteurs pour trouver des failles dans nos faiblesses. L’exemple le plus commun de mon avis le cul (ou porno,comme l’on veux) est aujourd’hui un facteur doublement dangereux,d’un côté il innocente les gens fortunés qui se payent des choses certainement innommable et condamnable en plébiscitant les mariages homosexuelles et légalisant des plaisirs contre des actes de vie commune ou je dirais une norme première de vie. Pas facile pour moi d’expliquer cela,mais je dirais que nous sommes comme les animaux ,les plantes « la survie de l’espèce passe par la procréation naturelle et non par des placébos ou des artifices dégénérant  »
    Alors qui aura aujourd’hui le courage d’être humain?
    Pas mal ma question,non?

 

misoprostolfr |
paroxetinefr |
Les Chroniques extranormale... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ladychatterley
| touha6080
| Splendeur et aveuglement de...