ASSELINEAU et l’UPR ou l’imposture anti-européenne

Posté par 2ccr le 10 avril 2016

moustacheMême si son influence reste groupusculaire, François Asselineau est un personnage plutôt bien placé dans la nébuleuse réactionnaire, et sur le net certains militants de l’UPR mènent une insistante démarche de lobbying dans les forums et auprès des médias de masse accusés par François Asselineau de le censurer, au point que l’action de ces militants a pu être décrite comme un « harcèlement ». Par ailleurs, l’UPR, n’ayant pas le nombre d’adhérents suffisants, ni de militants particulièrement dynamiques sur le terrain s’est totalement investie dans le cybermilitantisme.

 Asselineau se proclame anti système et se veut la voix de ceux qui subissent la politique des partis traditionnels, des gouvernements successifs et de Bruxelles. Dans cette énumération de responsables, il en oublie volontairement un : le patronat. Les fermetures d’usines, les suppressions d’emplois, le chômage, les bas salaires, la remise en cause des acquis sociaux ne seraient pas de sa responsabilité. Comme si les décisions du gouvernement, et celles de Bruxelles, n’étaient pas prises en fonction des besoins et des seules exigences du patronat !

Pour comprendre cela, revenons vers ce personnage qui se dit antisystème ; le parcours, les discours et les amitiés de F.Asselineau fleurent bon une droite extrême et réactionnaire : il fait ses études à H.E.C. (1980) et l’E.N.A (1985). En 1985 il est inspecteur général à l’inspection générale des Finances. De 1989 à 1990, il est le chef de la mission pour le Crédit National. Il a aussi été le président de la Société pour l’Analyse Économique et Financière (SADEF). Ensuite, il occupe le poste de directeur de cabinet auprès de ministres du gouvernement Juppé (1995-1996), avant de rejoindre en 1999 le R.P.F. de Philippe de Villiers et Charles Pasqua. Entre 2000 et 2004, il occupe des postes importants de conseillers aux côtés de Pasqua, alors président du Conseil Général des Hauts-de-Seine. Toujours avec le même, alors allié à Jean Tibéri, il est élu sur une liste de droite dissidente aux municipales parisiennes de 2001. C’est sans étonnement qu’on le voit nommé par Nicolas Sarkozy le 20 octobre 2004 à la tête de la Direction Générale à l’Intelligence Economique à Bercy ; il travaille alors en étroite collaboration avec Jean-Pierre Raffarin. Le 31 décembre 2004, il a décidé de rejoindre le groupe l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP) au Conseil de Paris. En mars 2007, il crée l’UPR.

Son parti « l’Union Populaire Républicaine » a des accointances affichées avec les paranoïaques d’Egalité et Réconciliation, dont il imite les séquences vidéo de leur gourou, ou du mouvement La Rouche. Les cadres du mouvement l’expliquaient dans un communiqué par une volonté de ratisser large, sans pour autant forcément partager leurs opinions. D’ailleurs, ce groupuscule ne se prétend « ni de droite ni de gauche, en lutte contre l’Union Européenne, jugée comme la priorité absolue, devant laquelle doivent s’effacer tous les clivages. Les références à la résistance sur fond de gaullisme « arrêtons les clivages pour s’en prendre à notre ennemi », l’Europe, sont monnaie courante. Mais ces postures ne résistent pas à un décryptage un peu plus approfondi.

Son idéologie est présente dans la vision qu’il a de l’Histoire de France. Le mythe de la « France éternelle », vieille antienne de l’extrême droite, y est développé, autour duquel s’accroche une historiographie profondément réactionnaire : mise en avant de « nos ancêtres les Gaulois » comme des « premiers Français » et des « premiers résistants » à l’invasion étrangère (suivant une historiographie très « 3eme République »), ou bien une histoire des 19eme et 20eme siècle axée sur la valorisation de la « nation Française que tous les peuples du monde envient », dans laquelle n’apparaît ni l’affaire Dreyfus, ni le Front Populaire, ni la guerre d’Algérie, ni Mai-68, mais dans laquelle apparaissent bien entendu les aspects positifs de la colonisation . Des oublis idéologiquement significatifs, puisqu’ils ont tous trait à l’histoire de la gauche et du mouvement ouvrier. Et quand il n’oublie pas d’en parler, Asselineau réécrit leur histoire.

Ainsi, il ne parle de la Commune de Paris que comme un mouvement patriote de résistance à l’invasion étrangère. Tout ceci pour arriver à la conclusion que le nouvel ennemi venu de l’étranger qu’il faudrait abattre serait l’« empire » Européen. Cette vision transparaît aussi à la lecture de la charte de l’U.P.R., qui prétend rétablir la « souveraineté nationale » et « redonner à la France sa vraie personnalité », tout en ne disant rien sur le rôle fondamental des Etats-nations, ni de leur bourgeoisie dans la construction européenne ni sur la complicité de leurs gouvernements dans la mise en place des politiques ultralibérales et destructrices de services publics, certes décidées au niveau européen, mais qui vont parfaitement dans le sens des politiques voulues par les gouvernements et les divers organisation patronales de chaque Etat, et ce depuis de longues années. Asselineau voudrait nous faire croire que c’est l’Europe qui oblige le patronat et le Medef à prendre des mesures anti-sociales et à délocaliser… nous prend-il vraiment pour des pigetons ? Il voudrait nous faire croire que le simple fait de sortir de l’Europe serait le miracle pour obtenir miraculeusement des augmentation de salaires et des droits sociaux nouveaux ! Non à l’Europe : OUI, mais à la sauce Lordon par exemple, pas à la tambouille Asselineau !

Les gens de droite aiment brouiller les pistes et c’est bien normal, car les sondages montrent que nombreux sont ceux qui s’opposent au capitalisme et au libéralisme, dont ils voient les effets, alors on les manipule et on les trompe en leur disant ce qu’ils veulent entendre et en déformant la perception de la réalité. Le but est de les tromper pour qu’ils votent pour des démagos de droite ou sociaux-libéraux, le système étant bien verrouillé pour éviter le vrai changement. Asselineau est bien un représentant d’une extrême droite  qui essaie de faire passer ses idées réactionnaires en les prétendant « ni de gauche, ni de droite » (comme Le Pen ou Macron !). Asselineau est un garant du système capitaliste et dans sa vision, chacun doit rester à sa place … surtout les salariés ! L’Europe est pour lui comme les moulins à vent de Don Quichotte, un leurre ! Certes on ne peut qu’être d’accord avec lui lorsqu’il dit qu’il faut combattre cette Europe, car c’est l’Europe du Medef, des banques et des lobbies… mais il est hors de question pour lui de s’opposer au Medef, aux banques et aux lobbies à l’intérieur de l’hexagone : il ne veut pas détruire le capitalisme, il veut le réguler comme Sarkozy…car il sait où est son intérêt et ne veut surtout pas mordre la main qui le nourrit ! Asselineau n’est pas idiot, par contre son arrogance fait qu’il nous prend pour une bande de demeurés !

Sortir de l’euro sans sortir du capitalisme c’est encore un slogan de droite pour éviter que les salariés s’en prennent au système en place … Asselineau manipule les gens au profit du Medef et de l’ordre établi ! L’UPR est l’une des composantes créées au service des droites européennes. Dans chaque pays de l’union il y a son équivalent (lister toutes les formations plus ou moins marginales de droite et d’extrême droite qui fleurissent dans les divers pays de l’UE)  pour canaliser la colère des gens et les empêcher de pencher trop à gauche ! Leur but est que si l’Europe explose, dans chaque pays le capitalisme sera préservé et les affaires pourront continuer …avec comme partenaires les autres capitalistes européens … tout changer pour que rien ne change ! Evidement, l’autre « liant » de tous ces groupuscules c’est leur anticommunisme primaire, en agitant le spectre du bolchevisme, du stalinisme ou du marxisme, d’ailleurs, leur inculture fait qu’ils confondent tout. C’est vrai que pour donner des leçons de démocratie ils sont très forts, alors que dans leur groupuscule, le gourou est en principe nommé à vie !

Sur internet, les partisans de l’UPR font passer un message bien rodé pour appâter le chaland : « Le programme de l’UPR, c’est un copié/collé de celui du CNR, fortement inspiré par feu le PCF, du temps où il défendait la France et les français, avant de devenir, lui aussi européiste. » Quant à la question de savoir pourquoi on ne les voit jamais dans les luttes, ou en soutien des ouvriers en grève ? Là aussi la réponse est toute prête ;  non, ce n’est pas parce qu’ils ont peur de s’opposer au patronat et au capital, non, mais plus simplement parce que : « l’UPR préfère s’attaquer aux causes qu’aux conséquences. Les causes sont les traités européens. La ligne de séparation aujourd’hui ne se fait plus en Droite/Gauche, mais entre européistes et non européistes. » Et le summum de la nov-langue UPR-iste :  » ceux qui défendent leurs droits dans la rue sont des euros atlantistes au service de Bruxelles ! »… fallait oser, mais comme disait Audiart : « Les cons ça osent tout, c’est à ça qu’on les reconnait », rarement telle citation aura été si bien vérifiée ! Evidement pour Asselineau nostalgique du capitalisme de papa et des privilèges de l’ancien régime, il est hors de question que les salariés osent se rebeller face aux « bons » patrons nationaux, ni contester « les élites » dont il fait parti ! Dormez braves gens Asselineau et l’UPR veillent sur vous !

A lire également : SECTES ET MOUVEMENTS D’EXTREME DROITE

« Faire semblant d’être différent et novateur pour mieux vendre des produits périmés »…C.PADEMOI

3 Réponses à “ASSELINEAU et l’UPR ou l’imposture anti-européenne”

  1. Charoute dit :

    merci de mettre les choses au point sur ce guignol

  2. Un Sceptique dit :

    Tout d’abord je tiens à dire que si je suis arrivé ici c’est en cherchant des articles s’opposant à l’UPR, dans le cadre d’un vrai travail de construction d’une opinion, en espérant que cela me prémunira contre toutes sortes d’attaques ad hominem qui viserait à me faire passer pour un « troll » ou un « cyber-activiste » à la solde des « vilains fachos de l’UPR ». Je commente ici, car personne n’a jusque là commenté cet article et que je pense qu’il mérite un certain nombre de critiques autant sur le fond que sur la forme, dans la mesure où il est un cas d’école des très nombreux articles hautement diffamatoires et finalement infondés (pour une majeure partie d’entre eux), qui fleurissent sur internet avec pour sujet la supposée posture fascisante de l’UPR.

    Enfin je tiens aussi à ce qu’il soit clair dans la tête de ceux qui me lisent que je me sens effectivement assez proche des idées diffusé par l’UPR, même si je ne suis pas exempt de doutes vis à vis de ce parti et surtout de son président et fondateur M. Asselineau.

    1er paragraphe :

    Je n’ai malheureusement pas grand chose à redire sur les faits, ce militantisme dégénérant en activisme chez certains membre de l’UPR, est un phénomène connu ( bien qu’il démente votre dernière ligne concernant le manque de militantisme au sein de l’UPR qui est au contraire un des rares partis qui arrive à se développer sur cette base là, et ce que j’ai pu remarquer en suivant l’UPR depuis quelques temps c’est que les militant comme les leaders du mouvement ne déméritent pas et n’hésitent pas à mouiller la chemise ( d’autres sites reprochant d’ailleurs à Asselineau de ne pas savoir déléguer ), l’importance accordé à internet étant quant à elle une réponse au manque de visibilité médiatique plutôt qu’à un manque de volonté des adhérents à soutenir leur parti ). Le nombre d’adhérent de ce parti étant par ailleurs tout à fait respectable dans la mesure où il aborde des thématiques qui sont presque tabous en politique.

    Pour finir je trouve que positionner politiquement dès la première ligne M. Assselineau dans une « nébuleuse réactionnaire » et une ouverture assez déplacée qui conditionne le lecteur dès le départ, un comble pour un site qui incite à « réfléchir par soi-même et lutter contre la propagande », surtout que cette accusation ne s’accompagne d’aucune preuve.

    2ème paragraphe : le paragraphe est vrai du début à la fin, mais ( comme je le développerais plus bas ) ce que vous insinuez est faux.

    3ème paragraphe :

    Encore un paragraphe tout à fait juste. Il me parait toutefois important de préciser que M. Asselineau est, et ce n’est un secret pour personne, un homme politique de tradition gaullienne, et que ces adhésions puis émissions du RPF et de l’UMP, sont avant tout mues par une volonté de continuer la travail de De Gaulle de construction ( ou plutôt de reconstruction ) d’une France qui puisse avoir un poids dans le monde, et qui ne soit pas qu’un pays pillé de toute part par des multinationales étrangères se moquant éperdument du bien-être des français. Ces démissions s’expliquant par la constatation que ces partis loin d’êtres gaullistes, étaient surtout gaullien appliquant un gaullisme de posture tout en trahissant l’héritage du général ( alignement sur les guerres illégales américaines, renoncement à la souveraineté nationale au nom d’une europe « Unie » ( sous quelle bannière ? ).

    Si j’ai bien compris sur quel genre de site je suis tombé je ne croiserais probablement pas que des admirateurs de De Gaulle :D je n’en suis pas un non plus sans pour autant tomber dans la caricature. Je pense que c’était un homme mu par un réel amour le nation et du peuple, qui avait le courage et l’honnêteté de faire ce qu’il pensait nécessaire pour la France. Aussi discutables que puissent être certaines de ces décisions, il n’était pas mu par ce carriérisme sans scrupules qui est le fléau de notre classe politique actuelle. Et rien que ça ( couplé à son importance durant la seconde guerre mondiale ) mérite le respect même si encore une fois il est de la liberté de chacun de le critiquer sur la politique qu’il à mené.

    C’est donc à une conception de droite populaire au dessus des clivages et de tradition gaulliste que l’UPR et M. Asselineau se raccrochent, et pas à cette droite ultra-libérale, américanisé et destructrice du tissu social, des services publics et des nations ( pour ne pas les citer « les républicains » pour la discrétion on repassera, à quand un parti « démocrate » ? ) que vous semblez dénoncer et qui dégoute autant les sympathisants de l’UPR que vous.

    4ème paragraphe :

    Qu’est-ce que vous appelez « accointances affichées » ? L’UPR n’a jamais validé les théories développés par ces mouvements extrémistes voire carrément fantaisistes et ne leur à d’ailleurs jamais fourni de soutien. Quand à l’expression ratisser large à une connotation assez nauséabonde qui ne s’applique pas à un parti qui ne va pas ( comme la droite Sarkozienne ) ratisser à l’extrême mais qui, si ratissage il y à, ratisse dans la totalité du spectre politique français ( y compris abstentionnistes et apolitiques ).

    Mais je ne suis même pas sûr que l’on puisse parler de ratissage, ratisser c’est envoyer des petites phrases et recentrer son programme pour attirer un nouvel électorat, hors les lignes directrices du parti tout comme le programme n’ont pas changé depuis leurs créations, l’UPR ne cherche pas à surfer sur des tendances, elle se veut depuis le début un mouvement de très large rassemblement. Que pour l’instant les paranoïaques soient sur-représentés est un fait navrant, mais c’est le genre de choses qui se dissipe avec l’augmentation du nombre d’adhérent. Plus un parti est connu plus ses adhérents sont « normaux ». Déjà aujourd’hui ces cas sont de plus en plus marginaux au sein de l’UPR.

    5ème paragraphe :

    Enfin des critiques valides ! MERCI !

    Plus sérieusement, ces critiques sont en effet tout à fait valides, même si elles suggèrent le fait que la droite c’est les vilains colonialistes, alors que la gauche c’est la tolérance et l’amour des peuples, un peu manichéen, non ? D’autant que la gauche n’était pas la dernière à pousser au colonialisme, en France, c’était même le fer de lance du colonialisme de la IIIème république, la vision coloniale que ( sans regretter ni même encenser ) il protège des caricatures et d’ailleurs, une vision coloniale de gauche, les position qui étaient défendus par des Léon BLUM, Jean JAURES et autres Victor HUGO.

    Sa vision de l’histoire fait très vieille école, je vous l’accorde, mais c’est un vieil homme ( je vais pas l’enterrer tout de suite non plus ^^’ ), et puis la vision « nouvelle école » n’est pas plus objective, ni apolitique, elle fait de la France un nid de raclures antisémites, défaitistes, collaboratrices, … et du pays des droits de l’Homme un pays comme un autre qui n’a aucune visibilité mondiale et dont les peuples se moquent éperdument et qui doit remercier tous les jours le bon Dieu pour l’arrivée de l’UE sans laquelle il n’existerais plus. ( –’)

    Quitte à choisir la vision vieille école, bien qu’elle ne prenne pas toujours en compte les avancées récentes faites dans les découvertes historiques et ait en son temps aussi subi des ré-écritures politiques, reste nettement plus juste et objective que cette bouillie infâme que les professeurs d’Histoire sont aujourd’hui contraints par le programme national d’asséner à leurs élèves qui se désintéressent de plus en plus de l’histoire de France.

    6ème paragraphe :

    Je ne traiterais pas de l’exemple donné ici, parce que bien qu’ayant vu sa conférence sur l’histoire de France, je ne me souviens en particulier de ce qu’il dit sur la commune de Paris, je me contenterais tout de même de signaler, que sur une conférence de 3H traitant sur l’histoire de France de la guerre des Gaules à nos jours, il est normal que l’information sur la commune de Paris ne soit que partielle, imaginait qu’il décidât de présenter en détail chacun des points qu’il abordât dans cette conférence, ce n’est pas 3H, mais trois jours qu’elle aurait duré.

    Il à donc mis en relief les éléments qui revêtait une signification particulière pour ce parti qui s’oppose à cette domination européenne non choisie par les peuples, mais pouvez en toute sincérité lui en vouloir de se concentrer sur la partie qui le concerne ? je pense que non. Il sera toujours possible de faire plus précis ou d’avoir un avis différent sur au moins un point d’une analyse, c’est pour cela que les commentaires existent :P , et vous auriez rendu un plus grand service à vos lecteurs en développant plus avant vos remarques de fonds sur ce qu’il n’a pas eu le temps de dire, plutôt que de vous concentrer sur le fait qu’il n’as pas eu le temps de le dire ( ou qu’il n’a pas voulu dire, voyez les choses comme vous voulez :) )

    Enfin, l’UPR n’a jamais prétendu qu’il suffisait de les élire pour que tout aille mieux, tout d’abord parce qu’ils sont un mouvement temporaire, le but de l’UPR est avant tout de permettre au français de décider à nouveau de ce qu’il veulent réellement faire de la France. Sortir de l’UE ne réglera pas tout, et ce n’est pas ce que dit l’UPR, pour eux il n’y a qu’une chose qui est sûre, c’est qu’à terme, sans en sortir, on ne changera rien. Par ailleurs leur programme propose déjà un ensemble de mesure qui ne sont pas pour faire plaisir au MEDEF :
    – rétablissement des contrôles de capitaux
    – interdiction de privatisations
    – maintien des services publics
    – ré-nationalisations
    – indépendance entre presse et grands détenteurs de capitaux
    – dépolitisation du CSA et du Conseil Constitutionnel
    – condamnations très fermes en cas de corruption
    – interdiction des lobbys dans les couloirs de l’assemblée nationale
    – …

    De plus toutes les prises de paroles de M. Asselineau sur les sujets d’actualités se font en faveur des services publics, d’un droit du travail vraiment protecteur des salariés, d’un arrêt des relations économiques quasi coloniales de la France envers les anciennes colonies d’Afrique, contre le TAFTA, …

    Donc non à l’UPR ils ne chantent pas les louanges du capitalisme le plus sauvage ou du libéralisme le plus cru. Alors ils ne prônent pas non plus un retour au communisme comme à l’air de le faire ce M. Lordon ( si je me trompe n’hésitez pas à me le faire savoir, mais il m’a l’air de critiquer beaucoup le capitalisme en tant que tel sans proposer d’autres alternatives, donc son alternative serait-elle le communisme ? ) que je ne connaissait pas ( marrant comme on est moins connus quand on critique l’UE ^^’ ) et que je suivrai à présent avec intérêt je suis d’ailleurs très curieux de savoir ce qu’il peut bien penser de l’UPR tant les prises de positions sont proches, j’ai cherché un peu mais il n’en a apparemment jamais été clairement question dans ses prises de paroles.

    Il est bien évident que voter une fois sur toute une vie pour un parti comme l’UPR ne sert à rien, une démocratie ça se met en place ET ça se préserve/surveille, mais cela sera vrai pour tout les candidats et toutes les méthodes de réformes que vous souhaitez soutenir, si après avoir aidé M. Lordon à atteindre son objectif les français décident de faire de M. Gattaz notre bien-aimé président, il est évident que tous ces acquis disparaitront.
    Une fois sortie de l’UE il faudra que les français accordent enfin à la politique l’intérêt qu’elle mérite et qu’ils arrêtent de voter pour les même raclures corrompues jusqu’à l’os et intégralement vendues aux grandes multinationales et à l’intérêt supérieur du capital. Et dans ce contexte ci, l’inéligibilité à vie en cas de corruption, l’interdiction du lobbying et la dépolitisation d’un certain nombre d’assemblées garantes de la république ne peuvent qu’aider.

    M. Asselineau ne le cache pas, et cherche au contraire par le biais de ces conférences, à casser certaines idées reçues, afin de faire réfléchir les français plutôt que de leur imposer un dogme, il ne cherche pas à enchainer les mandats, malheureusement je doute même qu’il ait le temps d’en faire un. Il est à mon avis tout aussi préoccupé de préparer l’avenir en sollicitant une nouvelle génération politique moins pourrie que celle que nous connaissons actuellement pour prendre la relève dans le cas ou il arriverait à faire sortir la France de l’UE.

    7ème paragraphe :

    J’y ai déjà répondu au dessus, je me contenterai ici d’un « Sarkozy à régulé le capitalisme ??? » :) Contrairement à Sarkozy qui est une planche pourrie capricieuse et dont l’ambition n’égale que l’égo et qui n’a pas hésité ( pas plus qu’Hollande ) à mentir devant tous les français. M. Asselineau est à l’inverse un homme qui me parait être un profond admirateur de De Gaulle en tout cas de la conception qu’avait De Gaulle de la politique, et qui se fait un point d’honneur d’avoir une droiture politique similaire, je suis intimement convaincu que si M. Asselineau à ne serait-ce que le quart de la droiture de De Gaulle, il appliquera son programme à la lettre, et je suis sûr qu’il à cette droiture.

    8ème paragraphe :

    Encore une fois il ne propose pas de mettre en place un système communiste, système que les français dans leur immense majorité refuserait à l’heure actuelle ( hors nous sommes encore dans une démocratie, **je me rends compte après avoir écrit ces lignes que je ne suis même plus vraiment sûr. Assez triste comme prise de conscience** ), mais soutenir le capitalisme ce n’est pas soutenir le libéralisme, et le socialisme qu’il propose est un socialisme assez poussé style 30 glorieuses avec un Etat qui intervient à tous les niveaux pour s’assurer que l’intérêt du peuple prévale sur le reste, soutenir le capitalisme ce n’est pas soutenir le MEDEF.

    Petit exercice de pensée avec un question rhétorique qui montre le procédé sophistique dont vous faites usage en expliquant que l’UPR est « placé là » par le MEDEF qui veut s’assurer que rien ne pète leur magnifique capitalisme :
    Dans quelle mesure est-ce que ce ne serait pas les partis communistes qui en cristallisant une partie de l’opposition sur une idée de retour au communisme ( qui ne percera pas pour des raisons culturelles et Historique ( l’ogre soviétique terrifiant encore beaucoup de monde dans ce pays d’Europe occidentale ayant passé la guerre froide sous contrôle US ) en France ) est en fait la marionnette du MEDEF en empêchant une riposte vraiment unie contre ce libéralisme nauséabond qu’on impose aux peuples ?

    Il n’y a pas de réponse, l’approche de l’UPR et l’approche qui me semble être celle de M. Lordon sont deux approches différentes dire sans aucune preuve à l’appui que l’UPR :
    – Est un parti de droite ( voire d’extrême droite )
    – Est un parti leurre
    – Est un parti manipulant les gens
    – Est un parti arrogant et méprisant les gens
    – Est un parti subordonné au MEDEF
    – Est une secte
    – …

    1) Relève de la diffamation, et 2) Est totalement faux au vu de ce que le parti propose.

    9ème paragraphe :

    « ceux qui défendent leurs droits dans la rue sont des euros atlantistes au service de Bruxelles » Je veux bien la source. probablement ‘dédé’ au bistrot du coin, mais un parti ne doit pas être jugé sur les propos de ‘dédé’ surtout après qu’il ait prit une ou deux pintes. Au contraire M. Asselineau s’est fait fort de soutenir les mouvements d’opposition au décisions libérales incitées par Bruxelles ( le dernier exemple en date étant le soutien au mouvement « Nuit Debout » ) quant aux restes des citations encore des citations approximatives de militants, tournées en ridicule et dénuées de tout leur sens ( même si je ne doute pas qu’il soit possible de trouver des citations exactes de militant UPR qui soient tout de même complétement débiles, mais bon encore une fois, les ‘dédés’ … ).

    D’autant qu’une simple visite sur leur site permettrait de voir de quoi il en retourne, il existe en effet à l’UPR des sujets « hors-charte », les figures du parti tout comme les adhérents, sont libres de présenter leur point de vue sur tous les sujets et de participer à toutes les manifestations qu’ils veulent, en revanche l’UPR, n’a qu’un objectif ( et ce afin de garantir l’aspect de très large consensus du mouvement ) sortir de l’UE, si ils commencent à prendre position sur tous les sujets d’actualité, comment pourraient-ils obtenir le large consensus qu’ils espèrent obtenir dans ce projet de sortie de l’UE, par conséquent vous ne trouverez pas de drapeaux ou de banderoles UPR dans les cortèges, car si il y à des membres de l’UPR dans les cortèges ( et il y en à, le travail de recherche et de renseignement que les adhérent de l’UPR ont pris l’habitude de faire ( ma présence ici en est l’exemple ) en fait des militants avertis qui ne sont pas les derniers à sortir dans la rue ) ils y sont en leur propre nom et pas en celui du parti, par conséquent il n’affichent pas l’UPR dans des prises de positions qui ne sont pas celles du mouvement.

    En revanche faite une manifestation concernant le cœur même du combat politique de l’UPR c-à-d un combat contre un nouveau traité européen, pour la sortie de l’UE contre l’entrée de l’Ukraine ou de la Turquie, … et je peux vous assurer que vous verrez des drapeaux UPR, les militants et le parti dans sa globalité ne manquerait pas cette occasion pour gagner en visibilité.

    Je tenais à finir sur une note plus consensuelle même si j’ai pu être assez critique sur cet article. Je n’en veux pas à son auteur, le moins que j’ai pu voir sur internet c’est que ces attaques systématiques contre l’UPR ( toujours les mêmes et rarement fondés ), sont devenues une habitude.

    J’incite tout de même toutes les personnes qui auraient eu le courage de me lire jusqu’ici de visiter le site UPR.fr afin de se faire leur propre idée et de « lutter contre la propagande » :)

    Sans rancune, nous avons des avis qui convergent tous deux vers un même point mais nous partons de positions diamétralement opposés, en espérant que j’aurais aidé ne serait-ce qu’un peu à faire le tri dans cette avalanche d’idée reçues sur l’UPR qui ont de toute évidence la côte sur internet.

    • Jean Aymard dit :

      Sceptique?
      vous représentez a merveille le cybermilitantisme de l’UPR en essayant d’être consensuel et ouvert, et en essayant de chercher des excuses pour justifier votre inaction afin de ne jamais se mêler aux luttes sociales pour ne pas faire de tord au capital et au patronat… ni de droite, ni de gauche dites vous, alors comme vous citez Lordon, je dirais comme lui que celui qui utilise ce leurre est forcement de droite … ou ne tardera pas a le devenir !

 

misoprostolfr |
paroxetinefr |
Les Chroniques extranormale... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ladychatterley
| touha6080
| Splendeur et aveuglement de...