UN PAYS EST-IL DEMOCRATIQUE PARCE QU’IL Y A DES ELECTIONS ?

Posté par 2ccr le 22 mai 2016

nuePuisque les pays européens se posent en modèles achevés de la démocratie et que l’on y vote depuis plusieurs siècles, l’observation de leur réalité portera des éléments de réponse à notre question. Arrêtons-nous sur deux situations récentes.

a) Lors des dernières élections présidentielles en France, le « socialiste » François Hollande a été élu en jurant que « lui » président lutterait contre l’austérité et contre « la finance ». Aujourd’hui, le premier ministre qu’il a désigné c’est Emmanuel Valls, celui qui, en 2011, avait récolté 5,63 % des suffrages aux primaires du Parti socialiste en proposant des options libérales. Le ministre de l’économie choisi par le même François Hollande c’est Emmanuel Macron qui a été banquier d’affaires chez Rothschild & Cie. Sous l’impulsion de ces deux personnages, le gouvernement impose au peuple Français une politique allant plus loin encore que celle du honni Nicolas Sarkozy en matière de destruction des droits sociaux et de soumission au grand capital.

Le récent exemple de la Loi Khomri est tout à fait significatif. Ce projet de loi est rejeté par 75 % des Français, une pétition de 1,3 millions de signataires demande son retrait, des centaines de milliers de gens manifestent dans toutes les villes pour exprimer leur opposition. La majorité des parlementaires élus par le peuple s’y oppose. Par l’artifice d’un article anti-démocratique de la Constitution, le 49-3, cette loi est adoptée !

b)- Le premier ministre du Royaume Uni Britannique annonce la tenue d’un référendum qui permettra aux électeurs d’exprimer leur volonté que leur pays reste ou non au sein de l’Union Européenne. On assiste à une ingérence massive de chefs d’Etats étrangers, à un indécent chantage économique d’institutions internationales (FMI, etc.) destinés à empêcher leur libre choix. Non ! Les élections ne sont absolument pas une garantie de démocratie. Le système électoral qui prévaut a été conçu et organisé par la bourgeoisie de telle manière que les classes dominantes soient assurées de garder le contrôle du pouvoir.

Tout est prévu pour que les électeurs ne puissent inquiéter le système :

  •  les barrières érigées pour empêcher l’accès à l’instruction et à l’éducation,
  •  le contrôle des médias, la désinformation massive et les manipulations,
  •  les chantages économiques ou autres permis par la précarisation des conditions de vie
  •  l’usage de la puissance financière et logistique
  •  des dispositions limitant objectivement l’accès à la candidature et parfois même -c’est le cas aux USA- la possibilité de voter. (Système de parrainage, cautions financières, etc.)
  •  la promotion des candidats pro-système et la « gestion » des élus une fois en poste. (Activation des lobbies, corruption, etc.). Là, nous avons parlé des élections dans les pays occidentaux dits « démocratiques ».

La situation est encore plus ubuesque dans les pays dominés. Pour se draper de la légitimité électorale, des dictateurs parmi les plus répressifs et les plus corrompus peuvent compter sur l’appui direct de pays impérialistes dans les domaines de la propagande, du renseignement et de la logistique. Une fois « élus », ils peuvent s’enorgueillir des messages de félicitation de la soi-disant « communauté internationale » qui fait superbement fi du bourrage des urnes, de l’emprisonnement de candidats rivaux et de la dispersion violente des meetings de l’opposition. Parfois même, les impérialistes organisent directement les élections pour installer leurs comparses aux commandes après une intervention militaire. Quand, à force d’opiniâtreté, les forces populaires remportent des victoires électorales, la bourgeoisie n’a aucun scrupule à recourir à des méthodes maffieuses et à des procédés totalitaristes pour piétiner la souveraineté des peuples. Cela est parfaitement illustré par les manœuvres de l’Union Européenne pour écraser le peuple grec après le référendum de 2015 ou par les putschs institutionnels à répétition en Amérique du centre et du Sud. Le constat que nous faisons à travers cet article ne vise évidemment pas à remettre en cause le principe des élections. Notre intention est de montrer que celles-ci ne seront jamais un gage de démocratie dans le cadre du système capitaliste.

Robert SAE

 

Une Réponse à “UN PAYS EST-IL DEMOCRATIQUE PARCE QU’IL Y A DES ELECTIONS ?”

  1. Philippe30 dit :

    Excellent article

    C’est le triste résumé de la pseudo démocratie dans laquelle nous vivons.

    Le seule démocratie est la démocratie participative

    Philippe

 

misoprostolfr |
paroxetinefr |
Les Chroniques extranormale... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ladychatterley
| touha6080
| Splendeur et aveuglement de...