LA FACE OBSCURE DU SYSTEME CAPITALISTE

Posté par 2ccr le 6 juillet 2015

-Oui, la dictature est un des moyens politiques de conserver le capitalisme et de le gérer. La bourgeoisie préfère continuer ses affaires dans un cadre démocratique, mais s’il le faut, de son point de vue, elle en appelle à la dictature et au fascisme. Souvenons-nous, si je puis dire, de l’Espagne de 36. Le Front populaire menaçait directement le capitalisme. Hop! Franco reçoit l’aide militaire d’Hitler lui-même et écrase son propre peuple en mettant en place une dictature qui va durer 39 ans !

En 29, le capitalisme est plongé dans une crise gravissime. L’Allemagne connaît un soubresaut révolutionnaire spartakiste. Face à cette menace, aucune hésitation, l’Etat allemand assoit Hitler au pouvoir. On connaît la suite. L’expérience fasciste en Italie fait la démonstration que le capitalisme n’a rien à craindre du fascisme, le duce s’en porte garant ! Le Chili constitue une autre preuve flagrante. Le gouvernement d’unité populaire s’apprête, entre autre, à nationaliser les mines de cuivre, ce qui conteste la propriété de l’entreprise US, ITT. Aussi sec, un coup d’État est fomenté et réalisé par Pinochet avec l’aide importante de la CIA.

Sous prétexte de lutter contre une dictature, en Syrie, le bloc s’apprête à rééditer l’expédition coloniale dans ce pays et en Iran. Après avoir armé les talibans pour entrainer l’URSS dans une guerre sans issue, la même chose est réalisée avec l’EI pour mener la guerre en Syrie, en Iran, puis aux portes de la Chine. Dans le même temps, le capitalisme impose des plans d’austérité : Espagne, Portugal, Italie, Irlande, GB, France et sommet des sommets : la Grèce, qu’il faut… car après la victoire de Syriza et la percée de Podemos en Espagne, il ne faudrait pas que le « virus » s’installe et face tache d’huile !

Il ne s’agit pas de phénomènes isolés, épars, liés au hasard et au déroulement des « choses », mais bel et bien de l’application froide, pensée, conçue, planifiée, dont la finalité est d’imposer au monde entier un mode social de production qui comprend en lui-même le chômage et la paupérisation. Pour arriver à ce but, guerres, dictatures et régression sociale…tous les moyens sont bons pour assoir le capitalisme triomphant !

Précisons que les partis socialistes participent à cette politique. Les 1ers ministres socialistes ont conduit leurs peuples à ce désastre social, tout comme ils ont appelé à participer à la guerre du Golfe, à celle de Libye ou appellent à celles de Syrie et d’Iran, et continuent les opérations militaires en Afrique.

Dans quel but, ces guerres et ces politiques antisociales et antipopulaires ? Pour une seule raison : combattre ce fléau qui s’appelle la crise et que le capitalisme porte en lui, comme sa propre négation. Chaque guerre et événement tordu (le printemps arabe ?) s’approche de la Chine et de la Russie. L’Occident a installé des islamistes en Libye et des fascistes en Ukraine, et œuvre avec les Saoudiens, les Qatari wahabites et Al Qaïda, ce qui a notamment donné naissance à l’État Islamique.

Ces pays qui « tombent » sont pour la plupart des puissances pétrolières et gazières. En s’en emparant, l’Occident en prive la Chine, puissance économique parvenue au deuxième rang mondial et en instance de devenir la première. Si la Chine y parvenait, c’en serait fini du leadership US dans le monde et accélèrerait son déclin. La Russie inquiète l’Occident du fait de ses potentialités énergétiques, industrielles et hégémoniques, et Poutine n’est pas tombé dans le piège ukrainien qui lui était tendu.

La politique antisociale en Europe et donc en Grèce permet une razzia gigantesque qui remplit les caisses des milliardaires. Les guerres visent à éliminer par la force et l’affrontement direct les concurrents réels ou potentiels que l’on appelle BRICS. Tout cela constitue la nature même du capitalisme, parvenant à la fin historique de son existence…

On parle souvent des fameux 100 millions de morts du communisme, mais c’est surtout pour ne pas parler de ceux du monde occidental capitaliste : sombre bilan, 2 guerres mondiales (plus de 75 millions de morts), un régime racial incriminant les Juifs jusqu’à la folle solution finale. Des dictatures dans l’Amérique latine qui frappent quasiment tous les pays qui la composent. A quoi il faut ajouter l’épopée coloniale, c’est-à-dire cette entreprise séculaire de spoliation, à l’échelle mondiale, répartie sur 4 continents et culminant dans le génocide amérindien et aborigène…Non, vraiment, le capitalisme n’a aucune leçon a donner à quiconque, et la grande multitude des personnes de cette planète ont intérêt à faire chuter ce système mortifère !

« L’écart gigantesque entre ce que les dirigeants des Etats-Unis font dans le monde et ce que les habitants des Etats-Unis croient qu’ils font est une des grandes réussites de propagande de la mythologie politique dominante »… Michael Parenti

voir : MERVEILLEUSE AMÉRIQUE

3 Réponses à “LA FACE OBSCURE DU SYSTEME CAPITALISTE”

  1. Philippe30 dit :

    Merci pour l’article

    Le capitalisme est porteur des gène de la guerre car il conduit à l’accumulation des richesses pour quelques uns et à la pauvreté pour la majorité.
    Effectivement ce capitalisme a parfois besoin de guerres et de fascisme pour continuer à prospérer , on le voit depuis l’époque coloniale et surtout à partir de 1870.
    1870 où la France a préféré perdre la guerre pour rapatrier ses troupes vers Paris pour mater la révolte des ouvriers.
    1914 où la guerre a permis de juguler les révoltes ouvrières qui progressaient
    1939 où les élites se sont couchés pour livrer la France après l’odieuse progression du Front Populaire qui a conduit à des avancées sociales en 1936.

    Voir l’histoire autrement permet de mieux comprendre la situation actuelle qui mélange crise financière , surpopulation , chômage , baisse des ressources mondiales , pollution accrue , montée des fascismes.
    Seul quelques uns de ces éléments avaient conduits à 2 conflits mondiaux alors qu’aujourd’hui nous accumulons tous les éléments dont le capitalisme a besoin pour détruire par la guerre ce qu’il a construit par la misère.
    Ce cycle propre au capitalisme de pillage , guerre , reconstruction a fonctionné depuis 1945 à travers des « petits » pays maintenant la proximité d’un déclenchement mondial est très inquiétant au vue des forces en présence en terme nucléaire.

    La Russie est un grand pays à défendre sans intention belliqueuse contrairement à ce que les USA veulent inculquer dans la mémoire collective , l’intelligence des dirigeants de la Russie est le seul gage de sécurité dans le monde pour contrer la fuite en avant du capitalisme américain minée par les dettes et la nécessité de guerre pour survivre.

    Philippe

  2. Esposito dit :

    Merci pour cette analyse qui me permet de mieux comprendre des enjeux qui, je l’avoue, m’échappent quelque peu. Je m’interroge cependant sur la solution pour « faire chuter ce système mortifère ». Car, on le voit partout, en Europe notamment,l’extrême-droite est à l’affut. Dans ce contexte, comment les « nouveaux » mouvements citoyens, Podemos en Espagne et Syriza en Grèce,etc…, peuvent-ils, d’après vous, venir contrecarrer ce système capitaliste ? En ont-ils réellement les moyens ? Merci de vos réponses

  3. trotski dit :

    Bonjour,

    Ce qu’on précise assez rarement est que « les 100 millions dû au communisme » était en réalité la conséquence d’un capitalisme d’Etat. Le communisme comme il n’eût été possible d’appliquer à petites échelles n’a jamais égratigné personne.

    Cordialement.

 

misoprostolfr |
paroxetinefr |
Les Chroniques extranormale... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ladychatterley
| touha6080
| Splendeur et aveuglement de...