L’ESFROUFE DE LA REGULATION FINANCIERE

Posté par 2ccr le 22 juillet 2015

jongleursVous avez remarqué que les grandes envolées sur les paradis fiscaux sont tombées dans l’oubli, toutes ces déclarations tonitruantes n’étaient bien évidemment que de l’esbroufe. Rien n’a réellement été fait pour combattre le blanchiment de l’argent sale. La finance mondialisée brasse l’argent sale (organisations criminelles, drogue, dissimulation et évasion fiscale, commissions occultes, corruption…) comme jamais, et couvre ses exactions en plaçant ses sbires aux plus hauts postes des Etats et de l’Europe. Dans les instances européennes jusqu’au sein des Etats, de nombreuses personnalités sont d’une manière ou d’une autre proche de Goldman Sachs la célèbre banque d’affaires américaines ou d’autres organismes financiers.

Tout est décidé par les banquiers, c’est un gouvernement de l’ombre qui ne rend aucun compte et qui bien sûr n’est pas élu ! En clair : c’est le Cartel bancaire qui gouverne officieusement les pays de la zone européenne, c’est à dire que les peuples sont soumis à la dictature de la finance. La finance ne veut plus être relayée par des politiciens professionnels, elle veut diriger directement les pays. Son programme est de tout privatiser et de saigner le peuple à son seul profit, en soumettant les nations à son dictat. Cela va générer une récession et une perte de souveraineté des Etats, qui grossira les rangs de l’extrême droite nationaliste. Et l’extrême-droite est assez habile pour détourner la colère des peuples sur des bouc-émissaires. Nulle part en Europe l’extrême droite n’est au coté des travailleurs en lutte, toujours absente des combats ouvriers. L’extrême droite, ici comme partout, est bien du côté des puissants, des financiers, des exploiteurs et ses discours ne servent qu’à faciliter leur tâche, en divisant les victimes de leur crise pour ensuite appliquer les pires politiques de privatisation, de baisse des salaires, de suppression d’emplois.

La fameuse dérégulation financière a assuré l’indépendance des banques centrales, visant à soustraire les monnaies du contrôle du pouvoir politique et en ouvrant la porte à la dictature des marchés. Les marchés n’ont donc pas pris le pouvoir, les politiques le leur ont donné. La domination des marchés n’est donc que la conséquence d’une manipulation et d’une démission du politique. Le gaspillage des ressources publiques, les privatisations, la destruction du programme du CNR, tout le dépeçage de l’Etat était programmé. Patiemment la finance a mis ses pions en place depuis longtemps, rappelez-vous Georges Pompidou, ex-fondé de pouvoir de la banque Rothschild, devenu président de la république !

Quant aux agences de notation qui menacent les Etats avec leur triple A, ces agences qui surévaluaient les notations durant la folie boursière des années 1990, ces agences qui n’ont anticipé aucune des crises d’Enron ou de Parmalat, ces agences qui n’ont pas vu venir la crise des subprimes en 2008, ces agences qui donnaient de bonnes notes à des entreprises super-endettées, ces agences de notation qui ont le pouvoir par un simple communiqué de presse d’accroitre les dettes d’un Etat, juste en dégradant sa note, ces agences, à qui appartiennent-elles ? A quels contrôles sont-elles soumises ? A qui rendent-elles des comptes ?

Qui dit crédit, dit taux d’intérêts, lesquels sont déterminés en fonction du risque. Donc plus le pays est en difficulté et plus les taux d’intérêts sont élevés. Mais plus le taux d’intérêt n’est élevé, et plus le pays a du mal à rembourser, on entre ici dans le domaine de la spéculation ! Après une première offensive sur l’Irlande, le Portugal, la Grèce, l’Espagne, l’Italie, Chypre… a qui le tour ? Parce que rien ne les arrêtera ; dans une deuxième phase ils s’acharneront sur les pays déjà au sol en resserrant doucement leurs filets sur ceux qui pensent bêtement passer à travers les mailles !

Une sortie de la crise n’est possible que par un changement complet de nos relations à l’argent, à la propriété privée et aux biens publics. Les banques, les grandes entreprises et les immenses fortunes privées doivent être expropriées, soumises au contrôle démocratique et consacrées à servir la société dans son ensemble. Les besoins sociaux doivent prendre le dessus sur la course au profit.

Lire également : A PROPOS DE LA CRISE

Une Réponse à “L’ESFROUFE DE LA REGULATION FINANCIERE”

  1. Philippe30 dit :

    Concernant Rothschild , nous pouvons citer ceux qui sont passés par cette banque : Macron , Bazire , Balladur par exemple

    Ceux qui en sont très proches ne sont pas citables car il s’agit à peux près de tous les hommes politiques

    http://jforum.fr/2012/09/de-sarkozy-a-hollande-les-rothschild-incontournables/

    Le cartel bancaire contrôle tous les pays à quelques très rares exceptions , tous les pays occidentaux ont signés un pacte avec le vampire de la finance pour le plus grand intérêt des politiques mais pas du peuple.

    Philippe

 

misoprostolfr |
paroxetinefr |
Les Chroniques extranormale... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ladychatterley
| touha6080
| Splendeur et aveuglement de...